SAMOVAR UMR 5157

  • Accueil
  • Accueil
  • Accueil
  • Accueil

CNRS

Rechercher




Accueil >

Séminaire R3S présenté par Andrea Araldo, le lundi 19 mars à 15h-16h en C06 à TSP

Séminaire R3S présenté par Andrea Araldo, le lundi 19 mars à 15h-16h en C06 à TSP

Séminaire présenté par Andrea Araldo, MIT Intelligent Transportation Systems Lab - www.mit.edu/~araldo

Quand : le lundi 19 mars 2018, de15h00 à 16h00
Où : C06, à Télécom SudParis (Evry)

Titre :
Distribution de contenu sur Internet : coût opérationnel, transmission multimédia et communication chiffrée

Abstract :
Cisco estime que le trafic Internet en 2019 sera 64x le trafic actuel. Pour gérer cette explosion, les techniques de caching stockent une partie des contenus sur des mémoires distribuées dans le réseau et par conséquent réduisent l’utilisation de bande. Pour cette raison, leur rôle sera cruciale dans le réseau 5G de nouvelle génération. La recherche sur le caching a été principalement focalisé sur des métriques de réseau comme le hit ratio, c’est-à-dire la fraction de requêtes des usagers servi par le cache. Pourtant, il y a d’autres aspects du caching qui n’ont pas été suffisamment considérés, mais qui déterminent son efficacité en pratique. Les aspects qui font l’objet de la recherche du Dr. Araldo sont (i) le coût opérationnel des opérateurs de réseau, (ii) la qualité de la transmission vidéo et (iii) la transmission de contenu chiffré. Ces sujets sont particulièrement relevants parce que (i) le revenu des opérateurs de réseau est en train de décroître récemment (source ITU), (ii) la vidéo représentera 80 % du trafic (source : Cisco) et (iii) la plupart du trafic sera chiffré.
Dr. Araldo montre qu’optimiser des métriques importantes pour les opérateurs et les usagers, comme le coût ou la qualité vidéo, peut être en conflit avec la maximisation classique du hit-ratio. Il propose alors des politiques de caching qui visent à optimiser directement ces métriques importantes. De plus, en ce qui concerne (ii), le caching classique assume qu’un objet est représenté par un fichier seulement. Cela n’est pas vrai quand l’objet en question est une vidéo, étant donné qu’elle peut être représentée en différents niveaux de qualité, avec des requises de stockage et de bande différentes, qui se traduisent aussi en différente qualité perçue par les usagers. Des nouvelles techniques pour sélectionner les représentations à stocker seront présentées. En ce qui concerne (iii), les techniques de caching classiques assument que l’opérateur de réseau qui gère les caches a la visibilité complète du contenu transmis. Cela n’est pas une assomption correcte dans la plupart des cas, parce que les fournisseurs de contenu (Youtube, Spotify, etc.) veulent maintenir un contrôle exclusif de leur contenu et le protègent en le transmettant via HTTPS. Par conséquent, les opérateurs sont forcés à gérer des fluxes de données énormes sans pouvoir réduire la consommation de bande à travers le caching. Dr. Araldo présentera Content-Oblivious Caching, une nouvelle solution architecturale et algorithmique qui permet aux opérateurs de réseau de stocker le contenu des fournisseurs, tout en garantissant que l’opérateur ne peut pas y accéder.
Les méthodes utilisées pour analyser et supporter les nouvelles techniques sont simulation, optimisation linéaire en nombre entiers et contrôle stochastique.

Biographie :
Andrea Araldo est couramment associé de recherche postdoctorale au Massachusetts Institute of Technology (MIT), dans l’Intelligent Transportation Systems Lab. Ses intérêts sont distribution de contenu sur Internet, nouvelles architectures de réseau, systèmes de transports intelligents, optimisation et mesures de performance de réseau.
Andrea Araldo a obtenu le BSc et MSc en Ingénierie Informatique à l’Université de Catane (Italie) et son doctorat en Réseaux Informatiques à l’Université Paris Sud et Télécom ParisTech (2016). Il a été chercheur visiteur à KTH Royal Institute of Technololgy (Stockholm - 2015-16) et ingénieur de recherche au CNIT, l’institution académique italienne pour la recherche en télécommunications (2012).

Présentation :