SAMOVAR UMR 5157

  • Accueil
  • Accueil
  • Accueil
  • Accueil

CNRS

Rechercher




Accueil > Productions scientifiques > HDR / période 2010-2015

Soutenance de HDR « Contributions aux systèmes répartis en environnements ubiquitaires : adaptation, sensibilité au contexte et tolérance aux fautes »

Soutenance d’ Habilitation à Diriger des Recherches de UPMC Sorbonne Université
par Denis Conan

Titre : « Contributions aux systèmes répartis en environnements ubiquitaires : adaptation, sensibilité au contexte et tolérance aux fautes ».

Elle aura lieu le jeudi 9 juillet à 13h30
Amphi 11 dans les locaux de Télécom SudParis à Évry.

Le jury sera composé de :
Didier DONSEZ, Professeur, Université Joseph Fourier Grenoble 1, Rapporteur
Pascal FELBER, Professeur, Université de Neuchâtel, Rapporteur
Rachid GUERRAOUI, Professeur, École Polytechnique Fédéralede Lausanne, Rapporteur
Marc-Olivier KILLIJIAN, Directeur de Recherche CNRS, LAAS, Toulouse
Michel RIVEILL, Professeur, Université de Nice-Sophia Antipolis
Pierre SENS, Professeur, UPMC Sorbonne Université
Guy BERNARD, Professeur Émérite, Institut Mines-Télécom / Télécom SudParis

Résumé :
D’années en années, nous observons l’arrivée sur le marché d’ordinateurs
personnels de plus en plus petits pour des utilisateurs de plus en plus
nombreux, ainsi des assistants personnels numériques et des objets dits
connectés, en passant par les téléphones mobiles. Tous cesdispositifs tendent
à être interchangeables du point de vue des ressources en mémoire, en calcul et
en connectivité : par exemple, les téléphones mobiles sontdevenus des
équipements informatiques de moins en moins spécialisés oude plus en plus
universels et font dorénavant office en la matière de portails d’accès aux
capteurs présents dans l’environnement immédiat de l’utilisateur.

L’enjeu abordé dans nos travaux est la construction de systèmesrépartis
incluant ces nouveaux dispositifs matériels. L’objectif de ces recherches est
la conception des paradigmes d’intermédiation génériques sous-jacents aux
applications réparties de plus en plus ubiquitaires. Plus particulièrement, la
problématique générale des travaux est la définition du rôle des intergiciels
dans l’intégration des dispositifs mobiles et des objets connectés dans les
architectures logicielles réparties. Ces architectures logicielles reposaient
très majoritairement sur des infrastructures logicielles fixes au début des
travaux présentés ici.

Dans cette présentation, je décris mes travaux sur trois sujets : 1)
l’adaptation des applications réparties pour la continuité de service pendant
les déconnexions, 2) la gestion des informations du contexte d’exécution des
applications réparties pour leur sensibilité au contexte, et 3)les mécanismes
de détection des entraves dans les environnements fortement dynamiques tels que
ceux construits avec des réseaux mobiles spontanés. Sur le premier sujet, nous
fournissons une couche intergicielle générique pour la gestion des aspects
répartis de la gestion des déconnexions en utilisant une stratégie d’adaptation
collaborative dans les architectures à base d’objets et de composants. Sur le
deuxième sujet, nous étudions les paradigmes architecturaux pour la
construction d’un service de gestion de contexte générique, afin d’adresser la
diversité des traitements (fusion et agrégation, corrélation, détection de
situation par apprentissage, etc.), puis nous adressons le problème de la
distribution des informations de contexte aux différentes échelles de
l’Internet des objets. Enfin, sur le troisième sujet, nous commençons par la
détection des modes de fonctionnement pour l’adaptation aux déconnexions afin
de faire la différence, lorsque cela est possible, entre une déconnexion et une
défaillance, et ensuite nous spécifions et construisons un service de gestion
de groupe partitionnable. Ce service est assez fort pour interdire la
construction de partitions ne correspondant pas à la réalitéde l’environnement
à un instant donné et est assez faible pour être mis en œuvre algorithmiquement.